Destination SUP > agadir > agadir vers le sud


Trip SUP et surf en famille #au Sud d'Agadir

Je suis amoureux du Maroc. J'aime sa lumière, la gentillesse de son peuple et ses vagues. Cela faisait plusieurs années que je voulais y emmener Delphine et les enfants. Delphine a freiné un peu et puis cette année, elle a dit oui. Alors à l'occasion des vacances de Noël, nous avons décidé de sécher l'arbre de Noël, la dinde et le champagne du 31 pour aller nous gorger de mandarines et de sardines grillées aux pays des dromadaires et des droites légendaires.

Bretagne, 18 décembre - derniers préparatifs

Quel bonheur de faire ses valises alors qu'il pleut. Je prépare les boardbags avec soins. Nous essayons toujours de voyager aussi léger que possible. Mais un SUP, une pagaie, 3 surfs et les combinaisons pour 4 ça fait déjà 2 gros sacs. Le reste de nos affaires tient dans une petite valise. Je vérifie notre check-liste:

  • Passeports et permis de conduire: OK
  • Casquette, bonnet, crème solaire, short, tong, poncho: OK
  • Pharmacie 1er secours pour petits bobos et tourista: OK

21h, la voiture est chargée. Nous partons le lendemain à l'aube et tout est prêt.

19 décembre, c'est parti

Nantes, 8H45. Notre vol décolle à l'heure. Arrivée prévue à Agadir à 12h. L'horaire est parfait. Par le hublot, les paysages défilent. Nous volons particulièrement bas, il n'y a pas de nuages. Lorsque nous quittons le vieux continent, je reconnais Faro et sa lagune où nous étions passés lors de notre périple au Portugal. Une dizaine de minutes plus tard, nous survolons les côtes marocaines. La terre rouge. L'Atlas. Et déjà les côtes du Souss Massa en vue.

Agadir, nous récupérons nos bagages (ouf) et notre voiture de location (à lire: Louer une voiture au Maroc) et filons à notre hôtel. Nous avons réservé 2 nuits à Agadir, le temps de faire le point sur la météo et décider si nous partons vers le Sud ou vers le Nord.

Une heure plus tard, les garçons sont en maillot de bain sur la plage tandis que je prépare les planches pour notre première session.

La houle est bien présente en ce premier jour. Ca sature devant l'hôtel mais ça surfe au nord de la baie d'Agadir.

20-21 décembre - SUP et surf à Agadir

On enchaine les sessions et nous prenons nos marques dans la baie d'Agadir. C'est assez simple. La baie est un long beach-break de 4km de long qui s'étire du palais d'été (au Sud) à la marina (au Nord).

Le Sud de la baie est très exposé à la houle. Tandis que le Nord est bien à l'abri de la marina. Aussi, il peut y avoir des vagues de 2 mètres au sud et un petit 50cm au Nord de la baie. La promenade permet de se déplacer à pied le long de la plage et de choisir un pic où les vagues sont à la taille recherchée.

Il y a très peu de surfeurs. Mais l'eau ne sent pas bon... Agadir dispose bien d'un assainissement mais le port et la zone industrielle au Nord de la baie sont très dynamiques.

Après le surf: un bon thé à la menthe et un tajine.

Et tous les soirs, des couchers de soleil magnifiques.

21 décembre - balade vers Taghazout

Après notre session de surf matinale dans la baie d'Agadir, nous chargeons la voiture et partons faire un tour du coté de Taghazout.

Je ne reconnais pas la côte. C'est impressionnant comme cela a été construit en 2ans. Visiblement, la côte d'Agadir à Taghazout ne sera bientôt plus qu'une suite ininterrompue d'hôtels et de surf Lodges.

2 bonnes nouvelles malgré tout:

  • La route nationale ne traverse plus le village de Taghazout. Aujourd'hui c'est en chantier mais cela devrait rendre le village plus agréable dans les années à venir.
  • Des travaux d'assainissement sont enfin en cours et les eaux usées de Taghazout ne seront plus rejetées directement en mer mais progressivement acheminées vers la station d'épuration d'Aouir.

En attendant qu'ils aient finis, pas question que les enfants surfent à Taghazout. Nous nous mettrons à l'eau au Rocher du diable (Tamraght).

Direction le Sud

Depuis notre arrivée, je scrute les cartes météo pour décider de notre direction. Mes amis, comme les marocains sur place me déconseillent de partir vers le sud. Pas de spots de replis, des houles d'hiver trop consistantes... Tout le monde me pousse vers les pointes du Nord qui constituent autant d'un abri: Taghazout, Imessouane ou Essaouira.

Mais je ne suis jamais aller dans le sud. Et j'ai très envie d'aller voir. J'ai entendu parler d'un Maroc encore préservé du tourisme et de quelques bonnes vagues.

Cependant, je veux aussi que Delphine et les enfants puissent surfer. Donc, fait inhabituel, j'espère secrètement que la houle tombe! Les cartes de houle à 12 jours que j'avais consultées avant de partir laissaient entrevoir une chance. Et cela se confirme: la houle baisse. Feu. Cap au sud

La route

22 décembre. 8h. Il est temps de quitter Agadir. J'ai passé une nuit terrible: « Tourista ». Je vous passe les détails. Mais je n'ai pas la force de faire surfer les enfants devant l'hôtel alors que la vague y est enfin abordable.

Note pour éviter la Tourista: Ne pas toucher aux crudités et autres salades marocaines. Ne manger que des produits cuits ou épluchés soit même. Ne pas boire l'eau du robinet. Refuser les glaçons. On peut boire du thé, du café et de l'eau en bouteille qu'on a ouvert soit même. Se laver les mains soigneusement avant les repas. En cas de tourista: boire beaucoup; commencer progressivement la réalimentation par des bananes et/ou du riz ; prendre si besoin un anti-diarrhéique (Tiorfan) et/ ou un pansement (smecta) ; éviter l'imodium (il faut évacuer la bactérie).

Il nous faut près d'une heure pour sortir d'Agadir, roulant au pas dans un trafic dense. Je conduis en mode zombi, très affaibli par la tourista. Entre deux arrêts express, j'ai du mal à profiter de la route qui doit être belle vu le nombre de photos que prend Delphine. Nous évitons Aglou et coupons par l'arrière pays pour arriver sur la côte au niveau de Mireleft.

Le village de Mireleft est posé en haut de falaises. Nous faisons un premier tour de repérage. La mer n'est pas belle. Les plages sont enclavées. Déception. Le doute m'envahit. Nous poursuivons sans hésitation la route vers le sud.

Mireleft, petit tour de reconnaissance.

A Leggzira, je me serai bien arrêté. Je suis lessivé. La vague ne marche pas mais on devine à la configuration qu'il y a du potentiel. Il y a quelques « hôtels » au flanc de la falaise, des restos qui font griller du poisson sur la plage. Nous visitons 2 chambres, je commence à négocier mais je sens que ça ne convient pas à Delphine. Les lits sont un peu trop poisseux et le village un peu trop petit à son goût. Nous continuons la descente vers le sud.

Legzira

Nous arrivons à Sidi Ifni. Et la chance sourit aux audacieux. Cette fois, le village nous séduit tout de suite. Une atmosphère, des bonnes ondes? Il y a une solide droite bien calée et 2 surfeurs à l'eau. Ca doit surement influencer mon enthousiasme. Je n'ai malheureusement pas la force de surfer. Un lit et dormir, c'est la seule chose qu'il me faut à cet instant. Nous trouvons une micro chambre de 8m2 avec 3 lits collés et une fenêtre sur la vague. Delphine part explorer le village avec les enfants. Je m'écroule épuisé.

23 décembre, la droite d'Ifni

8h. Il nous ont préparé le petit déjeuner dans le couloir devant les toilettes. C'est servi par le gardien de nuit qui finit son service pendant que la femme de ménage nettoie le sol autour de nous. Ils n'ont pas osé nous dire la veille que le restaurant qui prépare les petits déjeuner de l'hôtel n'ouvre qu'à 9h.

Oups... De toute façon, je ne peux rien avaler. On déménage dehors. J'arrive à boire un peu de thé, puis je rassemble mes forces pour aller voir cette vague de plus près.

Je suis seul à l'eau. Il y a une taille de bonhomme. La rame est longue jusqu'au pic mais il n'y a pas de barre. Au take off la vague gonfle sérieusement mais reste gérable à cette taille pour mon niveau. Une fois partie la vague déroule sur la dalle comme un métronome.

Je prends mes alignements et surfe seul pendant deux bonnes heures. Puis un petit groupe d'allemands me rejoint. Bonne ambiance, mais il est temps que je sorte. Je grelotte et n'ai plus de jambes.

Pendant ce temps, Delphine nous a trouvé une auberge beaucoup plus confortable quelques pas plus haut dans le village. Nous déménageons.

La vague du port

On nous a parlé d'un spot de repli au Sud du port qui serait parfait pour les enfants. Nous avons une première vision depuis les hauteurs qui nous donne de l'espoir. Les digues du port bloquent effectivement bien la houle et il y a une plage juste à coté.

Nous empruntons la piste mais on déchante très vite. Vision d'horreur. La décharge de Sidi Ifni est juste au dessus de la plage. A ciel ouvert. Les ordures font de petites montagnes colorées. Le vent off-shore emporte ce qu'il peut droit vers la mer. Ne parlons même pas du ruissellement.

Bande d'ânes bâtés.

Nous descendons quand même jusqu'à la plage. C'est presque joli. Les enfants veulent se baigner. Qu'est ce qui m'a pris d'accepter. 4 heures plus tard, Paul est malade à crever. Le pauvre va vomir plus de 10 fois dans la nuit. C'est un cauchemar.

Nos bonnes adresses à Sidi Ifni - Le Logis de La Marine

Nous sommes vraiment bien installé au Logis de la Marine. C'est au dessus de notre budget mais on y est tellement bien qu'on y restera jusqu'à la fin du séjour.

  • Notre chambre est superbe. De notre fenêtre, nous avons une vue imprenable sur le spot.
  • L'équipe est adorable, efficace et professionnelle. Les conversations sont riches et nous permettent de mieux ressentir la vie du village.
  • On s'y sent bien. De la terrasse aux salons, en passant par notre chambre ou le jardin, nous avons l'impression d'être à la maison.

En savoir plus sur le Logis de la Marine: http://www.logislamarine.com

La vue sur la droite de Sidi Ifni, depuis la fenêtre de notre chambre.

Soirée du 24 décembre

Nous passons la soirée de Noël chez Nadia. Paul va un peu mieux mais ne mange encore rien. Une bonne nuit de sommeil et nous allons pouvoir repartir en exploration.

Zoom sur Sidi Ifni

Posée à flanc de colline face à une baie qui s'étire sur d'innombrables kilomètres de sable, Sidi Ifni a choisi de regarder La mer. On sillonne d'abord le quartier de Colomina, là où se trouve l'ancienne base militaire espagnole. On croise L'oued auprès duquel repose paisiblement le Saint de Sidi Ifni. On s'approche du centre historique. Les enfants courent dans les rues pentues encadrées de portes bleues. Les femmes enveloppées dans leurs melhfas chatoyantes flânent sur la barandellia, la longue promenade qui longe la plage, les hommes prennent un café sous un palmier dont l'ombre des feuilles nervées se projette sur le cinéma Avenida. Sidi Ifni, ancienne colonie espagnole, apaise. Le temps prend une autre dimension calme, voluptueux. - Texte: Yasmine Benkiran

La gauche d'Ifni

La plage d'Ifni s'étire sur plus de 4km du port (au Sud) au fort militaire (au Nord). En dehors de la droite, qui casse sur une dalle rocheuse et qui est la vague la plus longue, il y a de nombreux autres pics le long de la plage.

Juste en face de l'accès principal à la plage, il y avait une petite gauche qui cassait pas trop loin du bord sur un banc de sable bien calé.

Le téléphérique d'Ifni

Le téléphérique fut construit dans les années 60 par les espagnols pour charger et décharger les bateaux. Trop cher d'entretien, le câble a été coupé trente ans plus tard par les marocains. Du téléphérique, il reste la station sur la falaise et deux piliers de béton dans l'océan.

A ce niveau de la plage, il n'y a que du sable et des mouettes. Un spot idéal pour les enfants. Nous y avons surfé seul à chaque fois. Pour éviter de marcher 3 km à pied depuis le village, on peut prendre la voiture, faire le tour et et se garer à l'entrée du port.

Nettoyage de plage à Sidi Ifni

La commune de Sidi Ifni a depuis quelques années une station d'épuration. La qualité de l'eau sur la plage principale est donc très bonne.

Par contre, la plage est jonchée de bouteilles et autres déchets plastiques. Après chaque session, je quitte la plage les mains chargées de détritus. Un jour, avec les garçons nous trouvons dans le sable un grand sac plastique et improvisons un nettoyage de plage. En quelques minutes il est plein.

Nos bonnes adresses à Ifni: Nomad

Si vous aimez la bonne cuisine, il y a à Sidi Ifni un restaurant du nom de Nomad. Le patron, Abdellah, est un artiste, un bosseur, un amoureux de la cuisine et des choses bien faites. Tout est parfait de l'essentiel jusqu'au moindre détail. Nous nous régalons dans une chaleureuse ambiance marrocan-blues. A ne manquer sous aucun prétexte.

Legzira, les arches, parapentes et surf

A quelques kilomètres au Nord de Sidi Ifni, se trouve la plage de Legzira. Nous y étions passé un peu vite à notre arrivé. Nous retournons donc explorer la zone. L'occasion d'une grande balade à marée basse sur cette plage qui est un des symboles de la région. A ne pas manquer.

Oui, c'est un spot de surf. Mais Legzira est surtout connu pour être un très bon spot de paragliding lorsque le vent souffle on-shore.

Les arches sont impressionnantes. Un point étonnant, la roche n'est pas lisse mais est un aggloméré de cailloux. En passant sous l'arche, difficile de ne pas penser qu'un cailloux pourrait se détacher...

Aftas beach, Mireleft

Le village de Mireleft n'est pas tourné vers la mer. Entre les falaises, on trouve plusieurs plages. On s'est un peu baladé, on a mangé des sardines grillées sur la plage d'Aftas. La plage est jolie. Le service un peu long. Je pense qu'il est allé pêcher les sardines pour nous (2 heures d'attente...). Ca nous a permis de regarder la marée monter. Sans nous convaincre coté surf.

Nous n'avons pas exploré la zone sous toutes ses coutures et ont est surement passé à coté de quelque chose, mais la magie n'a pas opérée; on n'est pas tombé sous le charme.

Belles rencontres: Lahcen - votre surf guide?

Sur la droite de Sidi Ifni, j'ai rencontré un marocain souriant. Lahcen. Il est pêcheur de poulpes, parle très bien français et connais parfaitement sa région, ses vagues et son histoire. Nous avons passez de très bon moments avec lui à chasser le poulpe et les vagues.

Si vous cherchez un "guide surf" pour la zone de Sidi Ifni, demandez Lahcen. Il habite à coté de l'hôtel Suerte Loca. Pour le contacter, faites confiance au téléphone arabe: demandez à un gamin qui joue au foot dans la rue sur la petite place à coté de l'hôtel.

Partie de pêche aux poulpes avec Lahcen. C'est un bon pêcheur. En moins d'une demi-heure, il va pêcher sous nos yeux une bonne dizaine de poulpes.

Samedi 29 - la plage secrète de Lahcen

Il commence à y avoir du monde à Sidi Ifni et le surf est de plus en plus petit. La droite ne marche plus aussi bien à cette taille et il y a trop de surfeurs sur la petite gauche devant l'hôtel pour y faire glisser les enfants. Lahcen m'a parlé d'une vague à une demi heure de route vers le Sud. Je lui propose de l'emmener. En 2 minutes, il est allé chercher son surf et nous partons en exploration. Lahcen est un bon guide et il est attentionné avec les enfants. La générosité de l'accueil marocain.

Au bout d'une piste, nous trouvons la plage de Lahcen. Il y a 2 marocains à l'eau et un pic gauche, droite bien calé. La vague est creuse et rapide. Elle déroule sur un banc de sable juste derrière une baïne. J'avais espéré que les enfants pourraient surfer au bord mais la baïne est trop profonde. Delphine s'installe avec les enfants sur la plage tandis que nous filons surfer avec Lahcen. L'eau est cristalline, nous sommes plus que tous les deux à l'eau. Nous partageons une belle session.

Après un pique nique reconstituant, Lahcen part marcher sur la plage. Il revient bientôt avec un goéland qui s'est emmêlé dans un fil de pêche. Le pauvre oiseau est complètement saucissonné. Heureusement, les enfants avaient trouvé une vieille paire de ciseaux sur la plage. Ils filent les chercher et nous passons un bon quart d'heure à extirper l'oiseau de ce piège mortel.

La marée monte et il y a maintenant une petite vague qui déferle jusqu'au bord. Les enfants sautent dans leurs combinaisons et partent surfer. Le courant reste un peu fort et ils ont du mal à trouver leurs vagues. Mais ils s'amusent, c'est l'essentiel.

A notre retour à Ifni, il y a encore un peu de lumière. Nous partons avec Delphine prendre quelques vagues. La lumière n'est pas aussi magique que la veille mais je ne me lasse pas de ces sessions à la tombée de la nuit. Le phare s'allume, on entend l'appel à la prière. Le ciel s'embrase. Extase.

Après une bonne douche nous allons déguster un poisson grillé à coté des halles. C'est samedi soir. Le souk s'installe. Tout le village est dehors. Les filles marchent par deux. Les garçons sont en groupe. Aux terrasses des bars comme toujours, il n'y a que des hommes.

A ne pas manquer: le souk

Du samedi soir au dimanche midi, c'est le souk à Sidi Ifni. On y trouve surtout de l'alimentaire et peu d'artisanat. Si vous voulez acheter des bijoux, allez faire un tour au souk de Tiznit.

Dimanche matin, nous partons donc faire un tour au souk. A l'entrée, 3 anciens assis sur le sol chantent à capella. Nous les écoutons un moment. Dans le souk, le vent souffle fort, et la poussière vole. Les marocains retiennent leurs tentes de fortune à chaque bourrasque. Nous achetons des dattes, des bananes et des mandarines.

A rapporter dans sa valise: l'amelou

L'amelou est une pâte à tartiner berbère, spécialité de la région. C'est un mélange de purée d'amandes, d'huile d'argan et de miel...

La bonne adresse pour acheter de l'amelou traditionnel à Sidi Ifni: Association Al-jabal-al-akhdar, dans le haut de l'avenue Hassan II, sur la gauche en montant après le souk.

Aglou plage

Au retour, nous longeons la côte. Nous nous arrêtons à Aglou. La promotion immobilière tirée par les résidences secondaires pour marocains bat son plein ici. Mais la plage est belle et bien que le thermique se soit levé et que le surf soit petit, nous avons un aperçu du bon potentiel de la zone.

Les surfeurs locaux sont accueillants à Aglou.

"Beslama" (au revoir), Maroc, mon amour. Nous reviendrons...

C'est l'heure du départ. Dans un élan de générosité naturel, le Maroc nous offre un dernier coucher de soleil.

Videos

5:34
Location X 2014: the Mirleft Stand Up Pro, Morocco

World Tour athletes have arrived [...]


6:20
MOROCCO - SUP EXPERIENCE

Morocco Sup Experience... [...]


3:41
Ismail Adarzane - South of Essaouira (Morocco)

Scoring a day last week in [...]


2:44
Ismail Adarzane - Sidi Ifni (Morocco)

Sidi Ifni it's always a blast! [...]



Info Partenaire
annonce redwood

A lire aussi:

Info Partenaire
NUPTSE
Info Partenaire
annonce redwood

© Standup-guide.fr Tous droits réservés : Toute rediffusion, sous quelque forme, même partielle, est interdite sans notre autorisation.