Info pratique > environnement : Ramer durable

--- Mis à jour par Laurent, Le Mercredi 29 Mai 2019 à 16:14

Un coup de pagaie pour l'environnement

Il ne faut pas se mentir: Le stand up paddle est une activité polluante. (Les planches et combinaisons en néoprène, produits de l'industries pétrochimique, sont principalement fabriquées à l'autre bout de la planète et sont peu recyclables ; nous prenons la voiture et parfois l'avion pour aller pratiquer).

Mais, pour rester positif:

  1. Il vaut mieux aller ramer que faire du jet ski.
  2. Le stand up paddle nous rapproche de la nature, nous immerge dans sa beauté et nous incite à la protéger.

A la rédaction, nous sommes très sensible à ces questions et nous nous efforçons, à titre individuel, de limiter notre impact sur l'environnement et de réduire nos incohérences. Il est temps d'aller plus loin et d'impliquer standup-guide.

#Aidez nous à mieux connaître le profil des rameurs...
JEU: Quel rameur es-tu?

Associations qui travaillent à la préservations de nos terrains de jeux

Surfrider Foundation Europe est une association à but non lucratif, chargée de la protection et de la mise en valeur des lacs, des rivières, de l'océan, des vagues et du littoral. Créée en 1990 par un groupe de surfeurs locaux, elle regroupe aujourd'hui plus de 12 000 adhérents.

Pour réduire la pollution plastique de l'océan, Surfrider se mobilise contre les bouteilles plastiques (dans le top 10 des déchets ramassés sur les plages) et nous suggère de changer nos habitudes en adoptant une gourde.
voir la campagne:Reset your habits


Lancée en 2012 par le designer Cyrill Gutsch, Parley for the Oceans incite les entreprises à devenir vecteurs du changement en cessant progressivement d'utiliser le plastique qui pollue les océans.

L'association communique sur une stratégie en 3 règles:

  • Eviter d'utiliser du plastique. Essayer d'utiliser d'autres matériaux ou du plastique recyclé.
  • Intercepter le plastique avant qu'il ne finisse dans les océans et s'assurer qu'il est bien recyclé.
  • Repenser nos produits pour qu'ils durent longtemps et n'utilisent pas de plastique.
  • Dans le milieu du stand up paddle, Starboard s'est associé à Parley et a adopté ces règles.

Fondée en 1977 par Paul Watson, Sea Shepherd est une ONG, vouée à la protection des écosystèmes marins et de la biodiversité. Sea Shepherd est particulièrement engagée dans la lutte contre la pêche illégale et la surpêche liée à la pêche industrielle. L'ONG milite pour la généralisation des méthode de pêche sélective afin d'empêcher les prises d'espèces non visées.

IF THE OCEANS DIE, WE DIE. - Captain Paul Watson


10 pistes (ou plus) pour ramer de manière eco-responsable

  1. Je prends soins de mon matériel et je le répare pour qu'il dure le plus longtemps possible. A lire: entretenir sa combinaison, entretenir sa pompe, réparer un stand up paddle gonflable, bien stocker son SUP gonflable, entretenir son SUP rigide.
  2. Je co-voiture. Si j'habite loin du spot, j'essaye de co-voiturer. C'est plus sympa et c'est bon pour la sécurité, le portefeuille et la planète.
  3. Je prends mon vélo. Si j'habite près du spot, j'essaye d'y aller à pieds ou à vélo. Ca permet de s'échauffer et il n'y aura pas de doute: vous êtes un "local"!
  4. J'achète mon matériel de façon eco-responsable
    • J'emprunte ou je loue pour mes premières sorties (Louer un SUP)
    • Je regarde les occasions avant d'acheter neuf (Chercher un SUP d'occasion)
    • J'achète une planche durable, fabriquée dans les règles de l'art, avec un shape validé. Et si elle n'a pas traversée la planète c'est encore mieux. (on prépare le dossier)
  5. J'arrête de fumer (non sérieusement, il y a encore des fumeurs ? Bon, alors voilà: ca coute cher, c'est mauvais pour le cardio, pour la santé, et votre fichu mégot va finir dans l'océan un de ces jours.)
  6. J'adopte une gourde en inox et j'évite d'acheter de l'eau en bouteille plastique
    N'allez quand même pas remplir votre gourde avec l'eau du puit...
  7. Je lutte contre le tout jetable, les produits en plastique à usage unique et les produits sur-emballés.
  8. Je ramasse: Je ne laisse pas de déchets dans la nature et je ramasse le plastique qui traine dans l'eau ou sur la plage. En Europe, chaque année, entre 150.000 et 500.000 tonnes de plastique finissent dans l'océan. - source: ZeroWaste France - dossier réduire le jetable
  9. J'utilise une crème solaire bio et sans nano particules. Je limite son usage aux zones que je ne peux pas protéger autrement.
    A lire: 3 conseils pour se protéger du soleil.
  10. Si je mange du poisson, je privilégie les petits poissons issus de la pêche durable. Je privilégie les labels ("Pêche durable" ou MSC) et les méthodes de pêche les plus protectrices de la ressource (lignes, hameçons et filets).
    Pour aller plus loin:
  11. Je réfléchis à l'impact de mes vacances: J'essaye de partir plus longtemps ou moins loin. Je fais en sorte que l'argent que je dépense en vacances profite vraiment aux locaux et ne soit pas capté à 90% par les multinationales du tourisme. (On prépare un dossier) A lire en attendant: MrMondialisation - Tourisme de masse : cette pollution qu'on ne peut plus ignorer
Jeu: L'avis du mois
Grand jeu standup-guide
Info Partenaire: SROKA
info partenaire: sroka
Info Partenaire
annonce redwood


et aussi dans la rubrique info pratiques:


© Standup-guide.fr Tous droits réservés : Toute rediffusion, sous quelque forme, même partielle, est interdite sans notre autorisation.